Accueil / Actualités / Mutuelle santé / Mutuelle Optique / Le reste à charge zéro optique

Le reste à charge zéro optique

Le 12 janvier 2019, les nouvelles modalités de remboursement des frais optiques ont été révélées. Le reste à charge zéro optique y a été défini, et nous vous en dévoilons les contours.

Les conditions d’application du reste à charge zéro optique

Le panier 100 % santé prend en compte les besoins liés aux dépenses de santé. C’est dans le cadre de ce panier que le reste à charge zéro optique a été conçu. Ce reste à charge vous permettra, dès le 1er janvier 2020, d’être totalement remboursé lors de l’achat de lunettes, en fonction de certains critères.

Les bénéficiaires du reste à charge zéro optique

Pour avoir droit au reste à charge zéro optique, vous devrez d’abord avoir souscrit un contrat responsable auprès d’une mutuelle, à partir du 1er janvier 2020. Dans le cas où vous en possédez déjà un, vos droits au reste à charge zéro optique commenceront après que vous aurez renouvelé votre contrat. Par exemple, si le renouvellement a lieu en avril 2020, alors le reste à charge zéro optique s’appliquera dès le mois d’avril 2020, date du renouvellement de votre contrat.

Les modalités de remboursements des lunettes

Cette réforme a déterminé deux types de remboursement : la classe A et la classe B. Le remboursement complet de vos lunettes aura lieu si vous choisissez des offres faisant partie de la classe A.

La classe A concerne les montures et les verres. La monture, de norme européenne, devra coûter au maximum 30 €. L’opticien devra avoir à disposition 17 montures minimum pour les adultes (et 10 pour les enfants) permettant un remboursement intégral (avec deux coloris au choix, pour chaque paire). Ces montures font partie du panier 100 % santé.

Quant aux verres, ils doivent être à même de traiter tous types de troubles visuels. Ils seront obligatoirement amincis selon la pathologie, durcis (pour prévenir les rayures) et anti-reflets. Le prix maximum des verres dépendra de l’ampleur de la correction. Plus la correction est élevée et plus le remboursement sera important. Le seuil maximal est de 800 € : dans le cas de verres progressifs apportant des corrections assez fortes.

Pour la classe B, les tarifs sont libres. Le remboursement de la sécurité sociale est moindre, et celui des montures par les complémentaires santé n’excédera pas 100 € (contre 150 € avant la réforme).

Avec l’apparition de ces deux classes, votre choix s’agrandit. Vous pouvez opter pour des équipements (verres plus monture) de la classe A ou de la classe B. Vous pouvez aussi croiser les offres. Comme prendre des verres de la classe A (donc remboursés à 100 %) et des montures de la classe B (moins bien remboursées), ou vice-versa.

Illustration avec des cas pratiques

Pour vous donner une idée du fonctionnement de ce dispositif, voici trois exemples chiffrés (provenant directement du décret d’application de la loi sur le reste à charge zéro optique).

Pour des lunettes avec les deux verres apportant une correction moyenne (entre -6 et +6 dioptries), le décret stipule que le remboursement sera de 100 % si le tarif de l’équipement (verres plus monture) ne dépasse pas 420 €.

Pour ce deuxième exemple, un des deux verres est plus puissant que dans le premier cas. Ici, le remboursement sera complet si l’équipement coûte au maximum 560€.

Dernier exemple : les deux verres sont plus puissants que dans le premier cas. Alors le remboursement des verres et de la monture sera total dans la mesure où les lunettes coûtent moins de 800 €.

Dans tous les cas, la monture sera remboursée à hauteur de 100 € maximum.

Le renouvellement des lunettes

Vous pouvez profiter de ce dispositif une fois tous les deux ans uniquement (une fois par an pour les personnes de moins de 16 ans). Face à certaines causes de dégradation de la vue, la loi permet le renouvellement anticipé de l’équipement. Il peut avoir lieu au bout d’un an ou être sans délai.

Si vous avez besoin de tout renouveler, parce que votre vue a baissé à cause de situations médicales bien définies, alors vous serez intégralement remboursés, sans attendre de délai. Dans ce cas, les pathologies listées par la loi sont par exemple, la DMLA, le glaucome, certaines maladies auto-immunes (comme la polyarthrite rhumatoïde ou la spondylarthrite ankylosante), etc. Tout médicament qui occasionne des troubles visuels, pris sur une longue durée, donne aussi droit à des renouvellements sans délai.

Les raisons de la création du RAC 0 optique

Le reste à charge zéro (RAC 0) optique, avec les RAC 0 dentaire et auditif, fait partie du panier 100% santé. Ce panier regroupe l’ensemble des prestations de soins identifiées comme étant nécessaires (la vue, l’audition et l’hygiène bucco-dentaire).

Il a été calculé que 10 % des assurés sociaux renonçaient à acheter des lunettes pour des raisons financières. C’est face à ce constat que le RAC 0 optique a été créé. En plus de permettre au plus grand nombre d’acquérir des équipements d’optiques, il permet aussi l’accès à des équipements de qualité. Et ceci sans reste à charge.

En conclusion, avec le reste à charge zéro optique, vous pourrez vous faire complètement rembourser vos frais d’optique, en choisissant vos lunettes dans la gamme pré-définie. Ce choix n’est pas obligatoire : si vous en avez l’envie et les capacités financières, vous pourrez opter pour des équipements de votre choix, plus onéreux mais moins bien remboursés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Profitez-en et contacter Libre Assurances